1837
<a href="http://60gp.ovh.net/~revoluti/metropolis/" target="_blank"><b><font color="#0000">CE FORUM A ETE COMPLETEMENT TRANSFERE VERS http://www.1837revolutions.com/metropolis/<br />TOUS LES POSTS ON ETE TRANSFERES A L'IDENTIQUE, PAR COPIER-COLLER.<br />VOUS Y RETROUVEREZ EGALEMENT VOTRE COMPTE A L'IDENTIQUE.SEUL VOTRE MOT DE PASSE A ETE CHANGE ET VOUS A ETE RENVOYE PAR MAIL CAR FORUM ACTIF NE NOUS PERMETTAIT PAS DE RECUPERER NOTRE BASE DE DONNEE. NOUS AVONS DONC DU RECREER TOUS LES COMPTES AVEC PAR CONSEQUENT DE NOUVEAUX MOTS DE PASSE.<br />RENDEZ-VOUS SUR http://www.1837revolutions.com<br />FORUM ACTIF A VOULU NOUS DÉPOSSÉDER DE NOTRE BASE DE DONNÉES. NOUS AVONS PRIS NOTRE COURAGE A DEUX MAINS ET NOUS AVONS COPIE, A LA MAIN, TOUS LES POSTS DU FORUM POUR LES RECOLLER SUR LE NOUVEAU FORUM.</font></b></a>


Métropolis, la métropole de 1837... Quelle sera votre révolution ? Romantique ou industrielle ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Théâtre] "Des nouvelles de Métropolis"

Aller en bas 
AuteurMessage
Alexei Karivine
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 18/09/2008

MessageSujet: [Théâtre] "Des nouvelles de Métropolis"   Ven 26 Sep - 20:39

Le soir, un peu après le diner, le tout-Métropolis se réunissait en général dans les clubs et les soirées mondaines, ou dans les cafés et échoppes de la place publique. Mais ce soir-là, c'était spécial. Ce soir-là, on donnait la première représentation de la saison au Théâtre du Baronet Noir ! "Pressons-nous, pressons-nous ! Cela va commencer ! Prenons les places les meilleures."

Cette pièce, écrite par un nom inconnu, montée et répétée avec la plus grande discrètion, avait fait parler bien des gens depuis quelques jours. "Mais qu'allait-on bien pouvoir jouer ? L'actualité est un sujet tellement vaste ! On dit que cela doit être drôle !"
Dans les coulisses, les comédiens tempéraient tant bien que mal leur excitation, mêlée de trac et d'une certaine joie... Comment allait réagir le public à ce ballet comique, à cette comédie musicale, cette séance de poésie impromptue ? "Nous allons bien voir..."

Alexei Karivine était assis près de la scène, dans l'ombre des coulisses. D'aucuns disent que c'est lui qui serait à l'origine de toute cette agitation culturelle... Pourquoi pas, après tout ? Alexei ne répondait pas. Il attendait patiemment le début de la représentation.

Les lumières se baissaient lentements, et alors que la salle poussait un "aaah" qui manifestait leur confort, quelques instruments s'accordaient timidement, et les régisseurs donnaient leurs dernières instructions.

Soudain, on frappa trois coups.
Ca y est !
Que tout le monde retienne son souffle ! Que les retardataires s'installent au plus vite : ce soir, place au spectacle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexei Karivine
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 18/09/2008

MessageSujet: Re: [Théâtre] "Des nouvelles de Métropolis"   Sam 27 Sep - 21:20

Après une courte introduction musicale, le rideau s'ouvrit largement.
Sur la scène, plusieurs financiers dans un bureau tournaient en rond en scrutant des documents. Aux murs, des taleaux de statistiques qui chutaient, et sur lesquels figuraient des étiquettes annonçant : "Crise Economique". Soudain, une voix puissante sortit des coulisses :


- AU VOLEUR ! Au voleur ! A l’assassin ! Au meurtrier !

La salle reconnut le début du monologue d'Harpagon dans la pièce de Molière, "L'Avare". Déjà, on ne doutait plus dans la salle sur la nature du personnage qui allait entrer...
Les financiers eurent un sursaut exagéré et s'empressèrent de se cacher aux quatres coins de la salle. Un caricatural Octave de Roop entra sur la scène en courant comme un damné, coiffé d'un entonnoir géant portant un sigle dollar. La salle éclata d'un rire franc.
Le comédien poursuivi, et, tout en déclamant avec emphase, il faisait des moulinets avec ses bras et gigotait comme une puce sauteuse.


- Justice, juste ciel !
Je suis perdu, je suis assassiné, on m’a coupé la gorge, on m’a dérobé mon argent. Qui peut-ce être ? Qu’est-il devenu ? Où est-il ? Où se cache-t-il ? Que ferai-je pour le trouver ? Où courir ? Où ne pas courir ? N’est-il point là ? N’est-il point ici ? Qui est-ce ? Arrête. Rends-moi mon argent, coquin… (il se prend lui-même le bras.) Ah ! C’est moi.


Des financiers, des vrais, assis dans la salle, redoutaient déjà le désastre si De Roop devait apprendre cela.

- Mon esprit est troublé, et j’ignore où je suis, qui je suis, et ce que je fais. Hélas ! Mon pauvre argent, mon pauvre argent, mon cher ami ! On m’a privé de toi ; et puisque tu m’ es enlevé, j’ ai perdu mon support, ma consolation, ma joie ; tout est fini pour moi, et je n’ ai plus que faire au monde : sans toi, il m’est impossible de vivre. C’en est fait, je n’en puis plus ; je me meurs, je suis mort, je suis enterré. N’ y a-t-il personne qui veuille me ressusciter, en me rendant mon cher argent, ou en m’apprenant qui l’a pris ? Euh ? Que dites-vous ? Ce n’est personne. Il faut, qui que ce soit qui ait fait le coup, qu’avec beaucoup de soin on ait épié l’heure ; et l’on a choisi justement le temps que je parlois à mon traître de fils. Sortons. Je veux aller querir la justice, et faire donner la question à toute la maison : à servantes, à valets, à fils, à fille, et à moi aussi. Que de gens assemblés ! Je ne jette mes regards sur personne qui ne me donne des soupçons, et tout me semble mon voleur !!!

Les comédiens se cachaient derrière le décor en bois pour ne pas recevoir les énormes postillons découlants de la diction exagérée d'"Octave". Reprenant une inspiration non moins dissimulée, il débita la fin de son texte très rapidement :

- Eh ! De quoi est-ce qu’on parle là ? De celui qui m’a dérobé ? Quel bruit fait-on là-haut ? Est-ce mon voleur qui y est ? De grâce, si l’on sait des nouvelles de mon voleur, je supplie que l’on m’en dise. N’est-il point caché là parmi vous ? Ils me regardent tous, et se mettent à rire. Vous verrez qu’ils ont part sans doute au vol que l’on m’a fait. Allons vite, des commissaires, des archers, des prévôts, des juges, des gênes, des potences et des bourreaux.
Je veux faire pendre tout le monde ; et si je ne retrouve mon argent, je me pendrai moi-même aprèèèèèèèèèèèèèèès....!!

MES SOUS ! MES SOUS ! MES SOUUUUS !


Il fit un bond sur place et s'écrasa lourdement sur scène. Le public rit aux larmes et éclata en applaudissements et en bravos. Le rideau tomba sur les financiers qui trainaient "Octave" en coulisse par les pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pietro-Luigi de Treviso
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 482
Age : 217
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: [Théâtre] "Des nouvelles de Métropolis"   Lun 20 Oct - 0:52

Treviso s'était installé discrètement au balcon. Il n'avait pas envie de détourner l'attention du public de cette pièce...

- Brillant ce Karivine... Fit-il se penchant vers son Chef de Cabinet.

- Un peu trop retenu, je trouve... il devrait aller encore plus loin ! Dénoncer directement ! Citer les noms ! Vous ne trouvez pas Président ? Rétorqua le fonctionnaire... Ce qui étonna Treviso.

- Et bien, Letta ! On dirait que notre victoire parlementaire et notre virage pour le moins social vous a donné des ailes ! Sourit-il.

Tout en écoutant, il cherchait dans sa tête où il avait bien pu rencontrer l'auteur de cette pièce ? Son nom lui disait quelque chose mais il ne parvenait pas à se rappeler quoi... L'avait-il déjà rencontré lors d'un vernissage culturel ? Ou lors de pour-parlers ? Il ne se souvenait plus et cela créait en lui une sensation désagréable...

Et puis quand l'acteur chutta, il se souvint et heureux, il en applaudit la scène avec d'autant plus d'entrain...

_________________
------------------------------------------------------------------
Pietro-Luigi de Treviso. Président du Conseil de 1837.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1837.1fr1.net
Bénédicte Torellini, CNST
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 31/07/2008

MessageSujet: Re: [Théâtre] "Des nouvelles de Métropolis"   Sam 25 Oct - 4:36

Le commissaire du peuple Torellini applaudissait dans la foule, et souriait... son sourire à la fois goguenard et carnassier, associé à son regard calculateur aussi froid que celui d'un reptile glaçait les sangs même d'un banquier suisse ; aujourd'hui pourtant, il affichait une terrifiante mine réjouie et applaudissait aussi fortement que tous les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pietro-Luigi de Treviso
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 482
Age : 217
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: [Théâtre] "Des nouvelles de Métropolis"   Sam 25 Oct - 5:16

Treviso semblait inquiet...

- Il a poussé le vice jusqu'à se placer au centre exact de la foule... Pensait Treviso... Mais je ne me fais pas d'illusions. il vise le perchoir...

- Vous m'avez l'air soucieux, Treviso, fit Letta.

- Oui... Je pense que la voie du Samouraï s'impose, Letta... Connaissez-vous ce précept nipon ?

- Pas le moins du monde !

- C'est pourtant la voie que nous devrons employer face aux ennemis du peuple, pour les rendre innfencifs...


Maintenant Treviso applaudissait à tout rompre et Letta semblait inquiet...

_________________
------------------------------------------------------------------
Pietro-Luigi de Treviso. Président du Conseil de 1837.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1837.1fr1.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Théâtre] "Des nouvelles de Métropolis"   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Théâtre] "Des nouvelles de Métropolis"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haïti : René Préval, un président "têtu" au "caractère de caméléon"
» SOS Refuge "Aux Bonheur des 4 Pattes"
» Part 9 -- "Is Aristide still (too) popular?" Jafrikayiti interviews RAM in Haiti
» AFP : " Le séisme ? Connais pas "
» " L'INTENSITE D'UN REGARD "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1837 :: La rue Impériale [RP] :: Le Théâtre du Baronet Noir [RP]-
Sauter vers: