1837
<a href="http://60gp.ovh.net/~revoluti/metropolis/" target="_blank"><b><font color="#0000">CE FORUM A ETE COMPLETEMENT TRANSFERE VERS http://www.1837revolutions.com/metropolis/<br />TOUS LES POSTS ON ETE TRANSFERES A L'IDENTIQUE, PAR COPIER-COLLER.<br />VOUS Y RETROUVEREZ EGALEMENT VOTRE COMPTE A L'IDENTIQUE.SEUL VOTRE MOT DE PASSE A ETE CHANGE ET VOUS A ETE RENVOYE PAR MAIL CAR FORUM ACTIF NE NOUS PERMETTAIT PAS DE RECUPERER NOTRE BASE DE DONNEE. NOUS AVONS DONC DU RECREER TOUS LES COMPTES AVEC PAR CONSEQUENT DE NOUVEAUX MOTS DE PASSE.<br />RENDEZ-VOUS SUR http://www.1837revolutions.com<br />FORUM ACTIF A VOULU NOUS DÉPOSSÉDER DE NOTRE BASE DE DONNÉES. NOUS AVONS PRIS NOTRE COURAGE A DEUX MAINS ET NOUS AVONS COPIE, A LA MAIN, TOUS LES POSTS DU FORUM POUR LES RECOLLER SUR LE NOUVEAU FORUM.</font></b></a>


Métropolis, la métropole de 1837... Quelle sera votre révolution ? Romantique ou industrielle ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le bureau du Président ou du Prince Imperator.

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Pietro-Luigi de Treviso
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 482
Age : 217
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Mar 29 Juil - 23:04

Sur le panneau, à l'entrée, un employé a écrit:


ATTENTION ! CE BUREAU N'EST PAS UN MOULIN !
IL EST FERME A CLE ET PROTEGE
PAR DES GARDES REPUBLICAINS.
SEULES LES PERSONNALITES INVITEES
POUR DEBATTRE D'UN SUJET D'ACTUALITE
NECESSITANT UNE DECICION CONCERTEE
ONT DROITS D'Y PENETRER.




Un grand bureau, sobrement décoré. Le plafond est haut, les grandes fenetres offre un regard sur la place et éclairent généreusement la pièce. Une luminosité accrue par des murs blancs.

Ici, pas de frasques stylistiques ni de dorures. Tout semble avoir été étudié pour ménager le contribuable et pour offrir à son occupant un maximum d'efficacité.

Une vaste table vénitienne fait office de bureau. Sur la droite une table ronde et ses 4 fauteuils, de style Louis 15, permettent de recevoir les invités.

Une grande blibliothèque recouvre l'ensemble du mur, au fond.


*****


Treviso était assis au bureau et il rédigeait une note en compagnie du Conseillé à la Défense, Monsieur De Smirnov.

- On ne peut tout de meme pas confier la défense de notre cité à l'armée de cet anarchiste !!! Lança le Conseillé.

- Il ne s'agit pas du tout de ça, Conseillé ! Il s'agit; comme l'indique notre Constitution, de répondre à la faute grave de ce Westmorland et d'évité une révolution !

La constitution précise qu'en cas de faute grave, l'armée sous contrat qui nous protège... ou son chef... peuvent etre remplacé. Il y a eu faute grave. Nous avons mis Westmorland à pied et ses C.R.A ne protègent plus que les personnalité étrangères...

MAIS il nous faut désormais trouver quelqu'un pour assurer l'état majeur et diriger la Troupe sous nos ordres...

Je vous rappelle que la sureté n'a plus de chef. Il en faut un qui sache éviter la révolte. Crow est tout indiqué.

Cependant, NOUS NE CONFIONS PAS LA DEFENSE A SON ARMEE ! Non ! Nous lui confions la direction de l'état major et donc de la Troupe. C'est différent...

- J'espère que vous savez ce que vous faites Treviso... Je vous fais confiance... Mais si cela vire en eau de boudin, vous n'aurez plus jamais mon soutien...

- Tout se passera bien, croyez-moi. Et puis ce n'est que provisoire... Aux prochaines élection, nous statuerons et sur l'armée qui assurera notre sureté exterieure et sur son chef...


Puis Treviso rédigea un arreté afin de nommer provisoirement le Général Lee Crow à la tete de l'Etat Major et de la Troupe de Métropolis.

Le Conseillé à la défense, Monsieur De Smirnov le cosigna.


- Bien... Que l'on adresse cet ordre en caserne et que l'on prévienne Monsieur Crow. Il doit prendre ses fonctions dans les meilleurs délais.

_________________
------------------------------------------------------------------
Pietro-Luigi de Treviso. Président du Conseil de 1837.


Dernière édition par Pietro-Luigi de Treviso le Dim 14 Déc - 5:51, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1837.1fr1.net
L'inspecteur Javert
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 229
Date d'inscription : 23/01/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Mer 30 Juil - 4:15

L'inspecteur Javert s'était présenté au secrétariat de la présidence.

- Ne vous dérangez-pas... Je connais le chemin. Avait-il lancé sévèrement à une secrétaire apeurée...

- Cet endroit est un moulin, lança-t-il nerveusement à l'un de ses policiers. Faudra veiller à me faire changer ça !

Il arrivèrent à la porte du bureau du président et Javert frappa fort avec le pomeau de sa cane.

Etonné, Treviso vint ouvrir et les pria d'entrer.


- Mes respects, Monsieur le président.

Devant l'air interrogatif de Treviso, il se crut obligé de justifier son entrée intempestive.

- Monsieur, la raison de ma visite est simple... Je dois vous mettre en garde concernant ce Monsieur Crow. Croyez-bien que je ne fais pas de politique. Crow est une anarchiste. Je ne l'aime pas. Mais il aurait pu etre monarchiste que c'eut été pareil. Dès l'hors que ses intentions sont respectueuses de la loi, je n'ai rien contre...

Devant l'air irité de Treviso...

- Bref, vous le savez, afin de garantir l'ordre public et nos institution, j'ai des informateurs dans tous les camps... Or l'un de nos informateurs, nous a dévoilé des choses inquiètantes... Très inquiètantes, meme, concernant ce Monsieur Crow. Il vous manipule, Monsieur, aux seules fins de prendre le pouvoir et d'instaurer un systeme autocratique. Nous en sommes sur. Il souhaite vous assassiner, puis faire porter le chapeau aux conservateurs... pour ensuite prendre le pouvoir... Et mon devoir est de vous prévenir, pour vous protéger et pour l'empecher d'atteindre son but malfaisant.

_________________
Une teigne au service d'un certain ordre établi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pietro-Luigi de Treviso
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 482
Age : 217
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Mer 30 Juil - 4:22

Treviso avait tenté de garder son calme. Il soupsonnait depuis longtemps Javert d'etre un paranoiaque à la solde des Conservateur. Là il en était peruadé.

- Monsieur Javert, faites-moi plaisir. Cessez de m'importuner et de me déranger avec des informations qui sentent la manipulation Conservatrice. Ce Crow joue le jeu de la démocratie et j'ai confiance en lui ! Laissons-lui sa chance ! En quoi, pour l'heure a-t-il porté atteinte aux intérets de la nation ? Faites-moi plaisir... Ne vous melez pas de ça. Vous etes un fonctionnaire zelé et brillant. J'ai confiance en vous, Javert... Cependant n'allez pas trop loin...

Allez... Il se fait tard et nous devrions tous rentrer dormir... Je compte sur vous pour régler les histoires de cambriolages dont se plaignent les commerçants du centre ville, ces derniers temps... Concentrez-vous là dessus Javert et n'ayez crainte pour le reste. Tout se passera bien...
Conclut Treviso en raccompagnant les policiers.

_________________
------------------------------------------------------------------
Pietro-Luigi de Treviso. Président du Conseil de 1837.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1837.1fr1.net
L'inspecteur Javert
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 229
Date d'inscription : 23/01/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Mer 30 Juil - 4:24

Javert sortit du batiment sans rien laisser paraitre de ses sentiments, comme d'habitude.

- Vous allez me le protéger et doubler vos effectifs s'il le faut. Ordonna-t-il à ses policiers.

_________________
Une teigne au service d'un certain ordre établi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pietro-Luigi de Treviso
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 482
Age : 217
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Jeu 31 Juil - 6:02

Treviso avait dormi dans son bureau et il fut réveillé par un coursier...

- Un pli pour vous Monsieur... Signez là...

Il signa et remis une pièce de 10 écus au gamin qui avait amené le pli...

Il l'ouvrit... Il s'agissait d'un pli de l'Inspecteur Javert.


Citation :
Monsieur Westmorland tient un certain homme que vous connaissez bien en sa caserne.
A priori un anarchiste décadant répondant au nom imprononçable de BROWN.
Un homme qui se trouve etre votre tailleur.
Nos indicateurs sont formels.
Nous pouvons arrêter Monsieur Brown pour réunions illicites à des fins terroristes, dans son arrière boutique.
Notez, Monsieur, qu'il sera mieux dans nos geoles qu'entre les main de cet anglais nauséabond.
Nous pouvons arrêter Monsieur Westmorland pour pratique de la torture sur un concitoyen.
Faites comme bon vous semble, je ferai mon devoir.

Inspecteur Javert.

Treviso saisit une plume et déposa plainte puis un peu plus tard, le juge donna ordre d'appliquer la loi pour mettre Westmorland et Brown aux arrêts.

_________________
------------------------------------------------------------------
Pietro-Luigi de Treviso. Président du Conseil de 1837.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1837.1fr1.net
Pietro-Luigi de Treviso
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 482
Age : 217
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Ven 19 Sep - 17:27

L'été s'en allait paisiblement pour céder sa place à l'automne.

Tant d'évènements s'étaient produits au cours de cet été ! Treviso semblait fatigué.

Il observait la luminosité changer sur la grande place, depuis sa baie vitré et se laissait carresser par un rayon de soleil.

Profiter des derniers rayons de cet été ! Les emmagasiner pour l'hiver !

Son secrétaire de cabinet entra en trombe.


- Allons Letta ! Votre entrée me rappelle l'hiver ! Calmez-vous un peu et venez plutôt profiter de ce qui nous reste d'été !

- Président ! Président !Pas le temps pour ces considérations... Voici une dépèche bien préoccupante !


Treviso le dévisagea, un peu surpris, l'air pensif.

- Qu'y a-t-il donc ? Qu'est-ce qui pourrait bien interrompre la quiétude de cette fin d'été ? Crow maintient l'ordre social... Ma soeur modère les élans de De Roop qui montre un visage humain du capitalisme. Tout n'est que quiétude...

- Pas tant que ça ! Lisez...


L'IMSELF, Institut Metropolitain des Statistiques Economiques, libérales et Financières, a écrit:


ALLERTE !
Les cours de la bourse de Metropolis s'effondrent !
Seules les actions de Monsieur De Roop résistent.
Le cartel Vénitien des soies de Madame Antesolo est une importante société mais elle n'est étrangement pas quotée en bourse et son organisation ancestrale et opaque la rendent vraisemblablement inébranlable.

- La MITO, Manufacture Industrielle des Tabacs Officiels, est au bord du dépot de bilan.
- La MIAM, Manufacture Industrielle des Armes et Mécanismes est au bord du dépot de bilan.
- La SOUPE, Société Ouvrière Unifié de Production Energétique, Mine Coopérative, est au bord du dépot de bilan.
- La STRING, Société des Tissus à Rendement Industriels Normalisés et Généralisés, est au bord du dépot de bilan.

De Roop reste étrangement silencieux.

Plusieurs hypothèses :

- S'il ne les rachète pas les société précités seront mises en faillite.
- S'il les rachète, il obtiendra le monopole.
- S'il ne les rachète pas la misère ravagera Metropolis avec risques d'insurection populaire.
- S'il les rachète, ce sera le début d'une ère monopoliste et capitaliste débridée.

Recommandations de l'IMSELF :

- L'état devrait prendre la mesure du problème et très vite injecter des fonds conséquents sur les marchés, en entrant dans le capital des entreprises précitées, pour les sauver et éviter le pire.
- L'état devrait agir par décrêt afin de ne pas laisser la démocratie parlementaire, et sa lenteur, pourrir la situation.



Treviso se tourna face à la baie vitré. Ses traits étaient tirés...

- Je ne peux pas agir par décret pour un tel dossier, c'est contre mes principes... Ils ont choisi le marché en prétendant qu'il s'autorégulerait ! FOUTAISE ! aujourd'hui ces libéraux invoquent l'état ! Libéraux quand ça les arange ! Etatistes quand ça les arange aussi ! Je ne jouerai pas le jeu du marché !

- Et que faire ?

- Nationaliser.

- Nationaliser ?! Mais... par décrêt ?

- Non... Par un vote au parlement.

- Mais président... Croyez-vous que nous rassembleront suffisamment ?

- Nous aurons avec nous les Démocrates... Ils sont intelligents et sauront que c'est la seul solution pour éviter le pire... Le pire étant la débacle inserructionnelle ou la dictature capitaliste de De Roop... Quant aux socialistes, comment pourraient-ils refuser ce qu'ils demandent depuis des lustres... Héhéhé...

- Bien, président... Alors je convoque l'assemblée sans tarder.

- Oui mais avant... Convoquez-moi Monsieur Westmorland...

_________________
------------------------------------------------------------------
Pietro-Luigi de Treviso. Président du Conseil de 1837.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1837.1fr1.net
Général Lee Crow
Notable
Notable
avatar

Nombre de messages : 332
Date d'inscription : 23/07/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Ven 19 Sep - 17:53

Le général Lee Crow entra dans le bureau après s'être fait annoncé, il avait une mine à demie réjouie et inquiète mais tentait d'afficher un visage confiant.

Monsieur le président, vous connaissez la nouvelle ? Des entreprises sont au bord de la faillite.

Je viens ici non en tant que gérant de la troupe mais en tant que secrétaire général de la CAS pour vous proposer les services du syndicat. Je m'explique : vous êtes coupé entre laisser un industriel puissant, De Roop pour ne pas le nommer, les sauver et ainsi s'accaparer le monopole de nombreuses filières de l'industrie, et par là vous provoquer l'ire de nombreuses personnes, dont les membres de la CNST.....
Soit nationaliser, mais vous aurez alors un problème terrible, l'opposition farouche des conservateurs qui malheureusement sont encore puissant aujourd'hui, les nouvelles élections voyant votre... pourquoi pas notre victoire écrasante n'ayant pas encore eues lieu.

Alors voila ma proposition. Nous sommes sous un fonctionnement capitaliste n'est-ce pas ; qui encourage les entreprises des individus. Et nous sommes face à une crise financière dans ces entreprises. Alors sortons les de la bourse. Autorisez les travailleurs et employés de ses entreprises à les renflouer, et donnons leur les moyens de se placer en autogestion. En renflouant leur entreprise, comme d'honnêtes citoyens de notre monde capitaliste, ils deviendront ensembles les dirigeants de leurs entreprises. Les conservateurs ne s'opposeront pas à cela. La CAS est bien implantée dans ces entreprises et est tout à fait prête à confier les fonds nécessaires à ses membres pour qu'ils fassent cela et ne tombent ainsi pas dans la misère ou l'esclavage capitaliste.
Je puis vous confirmer que par nos relations et nos fonds, la CAS est parfaitement en mesure d'assurer les prêts permettant aux ouvriers de sauver leurs emplois.

En agissant comme je vous le propose, vous ne rencontrerez l'opposition ni des conservateurs qui ne souhaitent pas de nationalisation ni des socialistes, car nous serons ravis que nos camarades deviennent leur propre maître sur leur lieu de travail et puissent continuer de nourrir leur famille ainsi.

_________________
Le pouvoir politique sort du canon d'un fusil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pietro-Luigi de Treviso
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 482
Age : 217
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Sam 20 Sep - 17:21

Treviso avait débouché une fiole de Grappa et en avait rempli deux petits verres à gnole. Il en avait tendu un à Crow.

- Crow, votre idée est très intéressante. figurez-vous que cela fait longtemps que j'y pense...

Je suis, depuis toujours, ouvert à ces nouvelles idées venues de France, d'Angleterre, d'Allemagne et d'Italie et qui visent à établir un nouveau système de production et d'échange, sans pour autant toucher à la liberté individuelle de s'associer et d'entreprendre...

Cette idée, sans rompre avec l'esprit d'entreprise qui reste à mon sens l'un des plus formidables esprits de ce temps (qu'il nous faut encourager, sauvegarder et rendre égalitaire...) place cependant les travailleurs à la tête de la propriété des moyens de production.

De simples travailleurs exploités, les personnels de ces coopératives, comme les appellent les Français, passent au statut de propriétaires souverains de leur avenir et de leur travail.

Plusieurs initiatives, en Europe, montrent que ce système peut fonctionner et même s'intégrer efficacement à la masse capitaliste classique, devançant même cette masse, parfois. Ces entreprises sont efficaces car leurs travailleurs, récoltant véritablement le fruit de leur labeur, sont très motivés et souvent heureux de travailler.


Il but une gorgée de Grappa...

- Cette Grappa, Crow, provient d'une de ces coopératives qui appartient à leurs travailleurs...

Il se fit silencieux, comme pour savourer sa grappa.

- Pouvez-vous m'assurer que lors de mon discours au parlement j'aurai le soutien des députés socialistes ?

Que pensez-vous d'une loi qui financerait la reprise et la création d'entreprises sous la forme coopérative ?

L'état de Métropolis donnerait ainsi à tous les travailleurs souhaitant reprendre leur société en faillite ou encore souhaitant en créer une nouvelle, une subvention. Cette subvention, ils devraient évidemment l'intégrer obligatoirement au capital de leur société reprise ou créée... Obligatoirement, cela s'entend, afin d'éviter abus et détournements. La société ainsi créé se distinguerait des autres manufactures en cela qu'elle serait la propriété de ses travailleurs. Nous lui donnerions le nom de coopérative...

Bien... Mais pour l'instant que diriez vous de savourer un Havanne devant le spectacle de cette ville aux luminosités changeantes, Crow ?


Il ouvrit la boîte à cigares, en sortit un puis la tendit à Crow. Il ouvrit ensuite la baie vitrée qui donnait sur un vaste balcon surplombant la grand-place de Métropolis.

- Cette ville est belle, n'est-ce pas, Crow ? Ses habitants sont calmes et raisonnables. Je ne veux pas de misère sur cette cité. Je veux faire confiance au peuple et lui donner les moyens de vivre réellement la démocratie. Tant sur le plan politique qu'économique... Oui votre idée est bonne, Crow... Et vous allez m'aider à l'imposer.

_________________
------------------------------------------------------------------
Pietro-Luigi de Treviso. Président du Conseil de 1837.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1837.1fr1.net
Général Lee Crow
Notable
Notable
avatar

Nombre de messages : 332
Date d'inscription : 23/07/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Sam 20 Sep - 18:00

Assurément, les députés socialistes soutiendront cette idée, qui est un véritable pied de nez aux capitaines d'industries et aux disciples de la bourse !

Crow but une gorgée de Grappa.

En revanche, il ne faut pas oublier que les conservateurs sont encore plus nombreux au parlement que les socialistes, aussi faudra-t-il ménager ces derniers pour que cette idée fonctionne.
C'est pourquoi vous devriez présenter cette subvention non comme un investissement de l'état, qu'ils considèreraient comme une tentative de nationaliser discrètement et de mettre en place une économie socialiste, mais plutôt comme la mise en place d'un système de prêts auquel les ouvriers pourraient souscrire afin de créer ou de récupérer une entreprise. Ainsi le fait qu'il soit exigé des travailleurs qu'ils paient eux-mêmes leur investissement rassurera grandement les députés conservateurs, puisqu'il s'agirait alors aux ouvriers de rembourser ensuite l'état de Métropolis.

Et c'est là que j'entre en scène pour de bon monsieur. Si les conservateurs accepteront la mise en place d'un système de prêt, c'est entre autre parce que vous vous en douterez les ouvriers pauvres ont peu de chance d'être solvables pour obtenir des prêts. Or soutenir nos membres est l'une des prérogatives principales de la CAS.
Nous nous occuperons de permettre à tous ces pauvres gens de sauver leurs entreprises et de les placer en auto-gestion en accédant à ces prêts. Un tel projet, présenté ainsi sans que les conservateurs n'aient connaissance de l'implication de la CAS serait sans doute le meilleur moyen de recevoir assez d'approbation du côté conservateur pour obtenir la majorité nécessaire.

Je suis ravi de vous soutenir pour le maintien de l'économie de Métropolis monsieur.

Le général Lee Crow tendit la main au président du conseil afin de sceller leur coopération pour l'avenir de la cité.

_________________
Le pouvoir politique sort du canon d'un fusil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pietro-Luigi de Treviso
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 482
Age : 217
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Sam 20 Sep - 18:01

Un employé bossu et scrupuleux s'apperçut qu'il manquait quelque chose, sur la porte du bureau du président...
Un panneau semblait avoir été enlevé sciemment. scratch
L'employé jura et s'en alla chercher un nouveau panneau, puis il l'accrocha non sans effort. Ce qui fit sourire les gardes républicains postés à l'entrée du bureau.


Sur le panneau, à l'entrée, un employé a écrit:


ATTENTION ! CE BUREAU N'EST PAS UN MOULIN !
IL EST FERME A CLE ET PROTEGE
PAR DES GARDES REPUBLICAINS.
SEULES LES PERSONNALITES INVITEES
POUR DEBATTRE D'UN SUJET D'ACTUALITE
NECESSITANT UNE DECICION CONCERTEE
ONT DROITS D'Y PENETRER.



_________________
------------------------------------------------------------------
Pietro-Luigi de Treviso. Président du Conseil de 1837.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1837.1fr1.net
Pietro-Luigi de Treviso
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 482
Age : 217
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Sam 20 Sep - 18:10

Tréviso saisit franchement la main de Crow et il la serra non moins franchement.

- Votre idée de prêt n'est pas mauvaise... d'autant que nous connaissons bien les conservateurs... Ils aiment prêter... Sachant qu'ils savent qu'ils récupéreront généralement le double... Le prêt les rassurera...

Il but une gorgée...

- Au final, mon rôle n'est pas d'être contre les conservateurs... Mais de leur montrer que notre système marche et qu'il ne nuit à personne, en définitive... A personne et pas même à eux... Si nous arrivions à créer petit à petit un monde plus juste ! Un monde qui n'a plus besoin ni du conservatisme, ni du libéralisme, et même ni du socialisme pour espérer être heureux, un monde qui est équilibré, égalitaire, libre et fraternel, nous aurons gagné !

C'est bien ce que nous voulons, n'est-ce pas ? Alors montrons leur calmement, serennement, légalement, sans haine, en intégrant tout le monde, que notre système coopératif peut marcher et rendre ce monde plus vivable...

_________________
------------------------------------------------------------------
Pietro-Luigi de Treviso. Président du Conseil de 1837.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1837.1fr1.net
Pietro-Luigi de Treviso
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 482
Age : 217
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Sam 25 Oct - 5:26

Quelques jours s'étaient écoulés et la crise semblait s'éloigner...

Cependant une autre crise, plus incidieuse encore, était en train de prendre de l'ampleur. Une crise politique
...

- Vous avez lu ça ? Fit Letta, tendant au président la déclaration de la CNST...

- Oui... C'est dangereux... Ils détiennent désormais la manufacture des armes... Et c'est proprement inquiétant, même... Les capitalistes vendaient leurs armes à l'étranger... Mais eux, désormais, ils vont les réserver à l'intérieur... Soit disant pour armer une défense nationale... Mais en réalité pour armer LEUR armée... Et s'emparer du pouvoir afin d'instaurer une dictature... Le sujet des armes est bien trop grave pour le laisser aux capitalistes ou aux activistes...

- Quelle est votre idée ?

- NATIONALISER....

- Mais...

- Oui, la seconde étape est en marche... Nous allons les prendre à leur propre contradiction. Ils veulent une armée républicaine souveraine ? Sous les ordres du parlement ? Et bien nous allons la faire... Mais la production des armes devra également être réglementé par l'état, appartenir à l'état, sous le contrôle du parlement... Nous allons nationaliser les manufactures d'armes...

- Je prépare ce jour un décret ?

- Oui... Et même 2... Nous allons également nationaliser les transports pour le bien de tous... Et pour ne pas faire de jaloux...

- Comment ?! Vous attaquer à De Roop ????

- Oui...

- Mais vous n'y pensez pas... Personne n'a jamais vaincu De Roop...

- Parce que personne n'a jamais osé essayé...


Treviso sourit et se laissa bercer par les derniers rayons de ce soir d'automne...

- Ah... Letta... Pendant que j'y suis... Trouvez moi ce Karivine... Je pense qu'il ne sera pas opposé à ce vaste projet de nationalisation... Nous avons besoin de poète pour vaincre les tyranies...

_________________
------------------------------------------------------------------
Pietro-Luigi de Treviso. Président du Conseil de 1837.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1837.1fr1.net
Pietro-Luigi de Treviso
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 482
Age : 217
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Dim 26 Oct - 4:29

La nuit avait été courte. Treviso avait travaillé d'arache-pied pour achever le projet de loi sur la nationalisation des transports et des manufactures d'armements... Il était fier de lui et de ce qu'il allait pouvoir annoncer quand soudain, à l'aube, Letta fit irruption dans le bureau.

- PIETRO !!!! S'écria-t-il.

Letta n'avait pas appelé Treviso par son prénom depuis la campagne de 1836 qui les avait conduit au pouvoir. Une campagne éreintante et forte en coups bas de tous ordres.

Treviso sut dès l'hors que l'heure était grave...

- Pietro, la sureté de Mértopolis est menacée ! Et cette fois-ci c'est très sérieux...

- Crow ou Torellini ? Bah... Encore un de leurs effets d'annonces... Ils ne pourront qu'approuver cette natioalisation... Fit-il en espérant que ce soit ça...

- Non Pietro... C'est bien pire...

- De Roop ? Demanda-t-il dubitatif...

Letta finit par lui tendre une dépêche secrête de leurs agents extérieurs...

A la mine de Treviso, l'on devinait que la surprise était énorme. Inattendue et monstrueuse à la fois.

- Ne pouvons-nous rien ?! Nous pouvons certainement nous défendre... Comment pouvons-nous tenir ?

- En regroupant la troupe, les forces de Crow et les finances des libéraux, peut-être tiendrons-nous quelques jours voire quelques semaines... Nous sauverons l'honneur... Après Dieu seul sait ce qui adviendra... Et puis je crainds que nous n'ayons absolument pas le temps de tout organiser. Il nous faudrait des jours entiers pour cela ! Or nous n'avons plus le temps ! Vous avez encore la possibilité de fuir, Pietro, vous et votre famille, votre soeur... Je peux organiser ça...

- Comment Letta, vous n'y pensez pas ! JAMAIS je n'abandonnerai notre République ! Jamais je ne trahirai le peuple qui m'a donné sa confiance en 1831... Il m'a donné sa confiance pour tenir un mandat de 10 années, pour défendre nos institutions, devant toutes les menaces, intérieures ou extérieures. Je ne faillirai pas, Letta. Je n'ai plus que le Droit d'obéïr à mon voeux de fidèlité républicaine, pour l'heure ! Et je n'ai plus que des Devoirs envers notre peuple.

- Je crainds que le temps

_________________
------------------------------------------------------------------
Pietro-Luigi de Treviso. Président du Conseil de 1837.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1837.1fr1.net
Général Lee Crow
Notable
Notable
avatar

Nombre de messages : 332
Date d'inscription : 23/07/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Dim 26 Oct - 8:59

On frappa à la porte tandis qu'ils discutaient. Une voix forte se fit entendre, c'était celle du Général Lee Crow qui souhaitait voir le président du conseil.

_________________
Le pouvoir politique sort du canon d'un fusil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pietro-Luigi de Treviso
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 482
Age : 217
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Mar 28 Oct - 17:45

Une rumeur s'amplifiait dans les rues de Metropolis... Partout on criait... On se serait cru lors de la révolution de 1829... Sauf que là, c'était sous le pas de militaires surarmés que fuyait le peuple...

- Crow, entrez vite ! Quelle ironie n'est-ce pas que nous nous trouvions ici ensemble en cet instant...

Il lui tendit la dépêche secrête...

- Ce n'est plus véritablement secret maintenant...

Entendant le son des canons se rapprocher...

- Crow, fuyez ! Voici un passage secret, fit-il en poussant la bibliothèque... Fuyez bordel ! Vous avez de quoi avec les dernières armes de la MIAM, fonder une véritable armée de résistance... Reppliez vous dans vos planque et organiser la suite... Pour ma part, je reste ici. Je suis le président et j'assumerai ma fonction jusqu'au dernier moment. A Dieu Camarade Crow.

_________________
------------------------------------------------------------------
Pietro-Luigi de Treviso. Président du Conseil de 1837.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1837.1fr1.net
L'inspecteur Javert
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 229
Date d'inscription : 23/01/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Mar 28 Oct - 17:54

Son entrée sembla surprendre le président Treviso qui chercha un instant à savoir ce qu'il y avait au fond de ses yeux.
Mais Javert, au fond de ses yeux, n'avait que le regard d'un fonctionnaire intègre, zêlé et dévoué au régime qui l'employait.

- Monsieur Pietro-Luigi De Treviso ?

- Qu'y a-t-il Javert ?

- Vous êtes en état d'arrestation. Au nom de la nouvelle constitution Monarchique de Metropolise et sur ordre direct du nouveau chef de l'Etat, le Prince Imperator Ludwig Von Dürfensburg, aussi nommé Ludwig I°, j'ai ordre de vous écrouer en attendant votre procès. Le Juge vous convoquera sous peu pour vous indiquer vos chefs d'inculpation. Vous aurez droit à un avocat.

Il hésita un temps puis sa conscience professionnelle lui ordonna de passer les menotes à Treviso.

_________________
Une teigne au service d'un certain ordre établi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pietro-Luigi de Treviso
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 482
Age : 217
Date d'inscription : 21/01/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Mar 28 Oct - 18:00

Treviso se tut. Il tendit ses poignés et les suivi, sans un mot.

Dans le couloir, tout le personnel de l'Hôtel de Ville le regardait quitter les lieux en silence. Les hommes s'étaient découverts en guise de dernier hommage. On eut cru une procession funèbre.

La plupart des employés n'avaient que faire de la politique mais le bon sens populaire leur faisait dire qu'il savaient ce qu'ils perdaient mais ne savaient pas ce qu'ils gagnaient... Ils semblaient tous se dire qu'il perdaient un chef sympathique et pas trop exigent...

Sur le perron de l'hôtel de ville, Treviso se tourna une dernière fois vers eux. Ils leur sourit puis s'engouffra dans l'estafette policière.

_________________
------------------------------------------------------------------
Pietro-Luigi de Treviso. Président du Conseil de 1837.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1837.1fr1.net
Ludwig Von Dürfensburg
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 7
Age : 225
Date d'inscription : 26/10/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Mar 28 Oct - 18:20

Un carosse majestueux croisa l'estafette de police.

Le cocher du carosse "claxonnait", à l'aide d'une trompette à soufflet, à chaque fois qu'il croisait un autre atelage.

Le nouvel occupant des lieux, triomphant, entrat dans le hall...

- Quel horreur ! S'esclama-t-il ! ça pue ici la débauche républicaine et mauvais goût prolétarien !

Puis il se fit indiquer le grand balcon qui dominait la place.

Sur le balcon, surplombant une foule inquiète et silencieuse encadrée par une redoutable armée, il s'avança et s'exprima pôur la première fois devant un large public.

Il toisait la foule avec un air sévère, hautain et carnacier.

- Je suis Ludwig I°, Votre Prince Imperator et vous me devez dévotion, crainte et respect !

La renaissance de notre monde est venue ! Un ordre nouveau est en marche qui restaurera l'ordre ancestral. J'ai été désigné par les monarques d'Europe, par le Pape de Rome, pour règner selon le bon vouloir de Dieu, sur l'Etat Restauré de Metropolis.

Je ne tolèrerai aucun désordre en cela et l'Armée de Métropolis, la C.R.A. Division Westmorland, dont je suis souverain, par les Monarques d'Europe, par le Pape de la Sainte Eglise Catholique de Rome, sévira au moindre écart !

Mon glève est celui de Dieu, pour le bien et pour l'ordre de notre Nation Monarchique !

Je vais rétablir la sureté de vos biens ! Je vais rétablir l'ordre et la stabilité de cet Etat, mis à mal, par tant d'années d'inepties et d'horreurs républicaines !

Treviso et les siens seront arrêtés et jugés, comme ils le méritent, pour haute trahison envers la sureté nationale ! Il seront jugés puis exécutés pour le désordre payen et maçonique qu'ils firent règner, pour la destruction inadmissible des valeurs fondamentales de notre morale chrétienne, pour le viol suprême de la nation, pour tous les crimes abjects dont ils se sont rendus coupables.

Les groupuscules terroristes qui osent se revendiquer au grand jour sous le nom putride de syndicats seront interdits ! Leurs chefs seront poursuivis et jugés ! Le peuple devra cesser de suivre ces propagandistes de la paresse et de saines corporations les remplaceront au profit de la quiètude populaire et du travail, valeur fondamentale de toute nation civilisée !

La clémence et le pardon seront accordés à tous les travailleurs honnètement repentis et un temps égarés par la propagande du diable socialiste ! Cette clémence et ce pardon seront cependant accordés en contre-partie légitime de la dénonciation des leaders terroristes.

Mon armée servira notre nouvelle nation, sous les ordres du Général Lord Fenimore Westmorland, serviteur dévoué de la cause monarchique et dont l'honneur est ce jour rétabli ! Ma sainte armée vient de prendre possession de la ville.

L'ordre politique vient d'être rétabli, la liberté économique est enfin restaurée et vous pourrez enfin en jouïr sans entraves !

Le vote parlementaire sera désormais sensitaire. Votre parlement nommera un premier ministre que j'approuverai et qui devra mettre en oeuvre les orientations politiques de l'Etat, au nom du Droit et la Constitution Monarchique Restaurée de Metropolis dont je serai garant devant Dieu.

Gloire à la Monarchie Restaurée de Métropolis !

Il leur tourna le dos et rentra dans l'hôtel de ville, fier de lui.

_________________
Ludwig I°, Imperator de Metropolis. Mort assassiné le 13 décembre 1838.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ludwig Von Dürfensburg
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 7
Age : 225
Date d'inscription : 26/10/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Mar 28 Oct - 20:17

L'iumperator prit ses quartiers dans les anciens bureaux de Treviso...

Il s'assit à son bureau en souriant...

- Quel mauvais goût il avait, n'est-ce pas, ce prolétaire dégénéré de Treviso !

Il éclata de rire.

Puis il saisit un portrait de sa soeur...

- Qui est-ce ?

- Sa soeur Mein Imperator !

- Ach ! Une cholie petite mademoiselle dont il me plairait de disposer pour mon quatre heure, Herr Petorschnoïenberger ! Ahahahahah !

Et les deux hommes éclatèrent d'un rire assez gras bien qu'aristocratique.

- Il me faudra l'interroger moi-même quand ce stupide inspecteur Javert l'aura arrêtée... Ahahahahahahah !

Ils devisaient ainsi quand un soldat entra. Il se mit au garde-à-vous.

- Rompez !!! Huirla l'Imperator.

- Mein Imperator, ces dégénérés de prolétarodémocrates ont saborder la caserne ! Nous avons pris ses décombres et y avons hissé le drapeau de la Monarchie, Mein Imperator !

- Ach ! Sehr Gut par Thor ! Ces dégénérés sont incapable de combattre, juste capables de se suicider ! Ahahahahah !

Ils éclatèrent tous de rire.

- Soldaaaaaaaat !

- Ja mein Imperator !

- Ordre de reconstruire cette foutue caserne ! Et au galop !!!!

_________________
Ludwig I°, Imperator de Metropolis. Mort assassiné le 13 décembre 1838.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ludwig Von Dürfensburg
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 7
Age : 225
Date d'inscription : 26/10/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Mar 28 Oct - 22:42

Un soldat vint ensuite lui apporter une bien navrante nouvelle. Treviso s'était évadé, aidé par une horde de terroristes assoifée de sang.

L'imperator entra alors dans une colère monstrueuse. Chacun de ses hurlement faisait sursauté le pauvre soldat qui crut un instant avoir trouvé pire que son chef Westmorland.

- BOURRIQUE !!!! ANES BATES !!!! Vous êtes des incapables !!! Punissez-moi ce stupide inspecteur Javert !!! Qu'il soit rétrogradé au rang de simple enquêteur tant qu'il ne m'aura pas retrouvé ce dégénéré de Trevso !!!

_________________
Ludwig I°, Imperator de Metropolis. Mort assassiné le 13 décembre 1838.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'inspecteur Javert
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 229
Date d'inscription : 23/01/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Mar 28 Oct - 22:53

Javert entra sans frapper dans le bureau de l'Imperator.

- Je suppose que vous recherchiez cet homme, fit-il en lui livrant Treviso.

L'imperator regarda le policier avec un air à la fois dégouté et rassuré.

- Mon excellence, si je puis me permettre, mieux vaut le garder dans un endroit sûr. Il a un prix pour les anarchistes, cet homme-là et chez eux la fin justifie les moyens. Ils feront tout pour le récupérer. Mais mon excellence, je ferai tout pour surveiller et le livrer à la justice comme mon devoir l'exige.

Il fit une révérence puis se dirigea vers la sortie.

_________________
Une teigne au service d'un certain ordre établi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ludwig Von Dürfensburg
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 7
Age : 225
Date d'inscription : 26/10/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Mar 28 Oct - 22:58

- Qu'on décore ce policier de l'ordre du mérite monarchique !!!! Hurlait l'Imperator.

- Et vous bande d'affreux incapables !!! Mettez ce prisonnier en lieu sûr !!! Je veux que l'état le surveille comme la dernière merveille du monde !!! Qu'on l'enferme avec une garnison complète pour le surveiller !!! C'est bien compris ?

Puis se tournant vers Treviso et lui tendant le portrait de sa soeur.

- Ach ! Fraiment Charmante petite Demoiselle !

Il éclata d'un rire profondément sadique.

- MAINTENANT QU'ON PURIFIE CETTE MONARCHIE ! Qu'on entreprenne la grande épuration ! Je ne veux pas qu'un seul député prolétarien demeure libre ! Je ne veux pas qu'un seul de ces mouvements païens ne demeure illégale ! Que l'ordre soit rétabli et que l'on agrandisse la prison, s'il le faut !

_________________
Ludwig I°, Imperator de Metropolis. Mort assassiné le 13 décembre 1838.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ludwig II
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 220
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Sam 13 Déc - 21:39

Quelques mois s'étaient écoulés. Et les tristes évènements de la répression de Ludwig I° étaient passés par là, engendrant un peuple triste et craintif.

Herbert Von Dürfensburg était le parent pauvre de la famille monarchique Metropolitane.

Dans les rangs monarchiques nul n'aurait jamais consenti à lui donner un quelconque pouvoir, lui qui, dix années auparavant avait pris fait et cause pour la révolution.

Il était un modéré libéral, amateur de sciences et techniques, aimant l'entreprise, et souhaitant l'avènement d'une monarchie constitutionnelle. Il était pour la démocratie même s'il restait malgré tout un monarchiste n'appréciant guère les nouvelles idéologie sociales...

Depuis l'arrivée sur le trône de son cousin, Ludwig I de Metropolis, il avait quitté ce pays qu'il ne trouvait plus supportable car non propice à ses intérêts capitalistes. Il rêvait d'une monarchie constitutionnelle qui aurait garanti l'ordre, les intérêts des capitaux, tout en laissant suffisamment de liberté au peuple pour éviter l'instabilité ou l'insurrection. Il vivait dans le nord de l'Italie, près de la frontière avec Métropolis, le plus éloigné possible des vicissitudes de son état, mais pas trop loin tout de même, de quoi revenir à Metropolis, quand le mal du pays se faisait sentir.

Un télégramme lui parvint dans la soirée du 13 décembre 1838. Un télégramme qui allait changer le cour de sa vie.

Il sourit de façon un peu cynique en songeant que le strict respect des us et coutumes monarchistes les plus dures allaient paradoxalement amener un libéral sur le trône !

Vers 20 heures, une calèche très escortée vint le chercher et il parvint, en début de nuit, à son nouveau domicile : l'Hôtel de ville de Métropolis.

- Mon excellence, vous voici donc nouvel Imperator de Metropolis en remplacement de votre cousin tristement décédé ce soir.

Ludwig II eut un peu le vertige, devant le chantier qu'il allait entreprendre... Son cousin lui laissait un état au bord de la guerre civile.

- Mon premier souhait est de rétablir la stabilité ainsi qu'un certain ordre démocratique.
J'ordonne le rétablissement de la garde nationale comme garde personnelle. Que la C.R.A. prenne un congé bien mérité... Nous remercions Monsieur Westmorland pour son oeuvre et acceptons qu'il rentre dans son pays d'origine.
J'ordonne par décret la libération de Treviso et de tous les députés incarcérés.
J'ordonne également que des hommages soient rendus aux familles des députés abattus lors de l'insurrection du parlement.
Que l'on inhume mon cousin comme il se doit pour le monarque d'une monarchie... avec les honneurs... Et ensuite que Dieu le juge... Cela ne nous appartient plus.
Évidemment, j'ordonne aussi une enquête sur l'attentat qui a couté sa vie mais je souhaite que seule la justice soit saisie de cette affaire.
Je rétablis également le parlement avec les mêmes équilibres qu'avant la monarchie absolue.
Je souhaite que ma monarchie soit constitutionnelle et que le parlement dirige l'état.
Je souhaite que le président du conseil soit ainsi mon premier ministre et que le peuple en décide.
Cependant... Je crois prudent compte tenu du désordre qu'elles ont entrainé que des organisations extrémistes telles que la CNST soient écartés du partage du pouvoir et qu'elles soient maintenues dans l'illégalité.
Je souhaite également être le monarque des entrepreneurs, ces héros du progrès ! Je souhaite en cela recevoir les représentants des entreprises afin d'obtenir leur avis sur les mesures à entreprendre afin de relancer valablement l'économie et d'oeuvrer un tant soit peu à la réduction des pauvretés populaires...

_________________
Ludwig II Von Metropolis / Monarque constitutionnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ludwig II
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 220
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Dim 14 Déc - 3:27

Très tard dans la nuit, celui qu'on commençait à surnommer le roitelet, avait travaillé.

- Vous comprenez Monsieur Lavioule, lança-t-il, à son directeur de cabinet, je ne veux pas qu'on me surnomme ainsi. Mais en bon chrétien, j'essaie de comprendre les gens. Je pense que s'ils me surnomment ainsi c'est uniquement pour me faire réagir, n'est-ce pas ? Parce qu'ils attendent énormément de moi, n'est-ce pas ?

- Sans aucun doute, mon excellence.

- Bien, il me faut donc leur montrer que je suis gentil et que je ne veux que leur bien... Mais que je sais être ferme... Que je maîtrise la situation... N'est-ce pas ?

- Sans aucun doute, mon excellence.

- Parfait... Alors voilà ce que nous allons faire... Nous allons appeler des élections. Cela montrera que je suis fidèle à mes engagements démocratiques et que j'ai la situation en main... N'est-ce pas ?

- Sans aucun doute, mon excellence.

- Très bien... Nous allons nommer dans l'attente, un premier ministre par interim capable de montrer la nouvelle voie... Ce... De Roop me semble parfaitement l'homme de la situation. Entrepreneur génial. Inventif, créatif... Il a en outre été l'un des pionniers de la protection sociale dans sa manufacture, en créant cette... Comment disent-ils déjà ?

- Mutuelle, mon excellence.

- Oui c'est cela. Monsieur De Roop fera un excellent Premier Ministre par interim susceptible de montrer le cap des réformes progressistes, n'est ce pas ?

- Sans aucun doute, mon excellence.

_________________
Ludwig II Von Metropolis / Monarque constitutionnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Père Gaudriole
Citoyen
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 3
Age : 239
Date d'inscription : 23/01/2008

MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   Dim 14 Déc - 19:26

Il avait reçu une convocation du nouveau monarque et cela l'avait rendu quelque peu anxieux.
La consécration de sa carrière d'ecclésiastique allait-elle enfin advenir ?
La transpiration perlait des pores adipeux de sa peau grassouillette.
Il s'épongea le front avec un grand mouchoir blanc puis entra en s'inclinant.

- Votre Excellence, c'est un honneur pour moi d'être convié en votre demeure.

Le monarque lui rendit la révérence puis le prit à part.

- Mon père, j'ai été placé sur le trône de par la volonté divine, n'est-ce pas ? Demanda le monarque.

- Mais bien sûr mon fils... Votre excellence. C'est Dieu lui-même qui a souhaité votre intronisation, à n'en point douter. Rétorqua fébrilement l'ecclésiastique.

- Mais mon père, que veut Dieu, présentement ? Suis-je dans le juste ?

- Oh mon... Votre Excellence, les voix du seigneur sont impénétrables... Il vous a placé à la tête de ce pays et ce que vous faites vous est dicté par lui mais c'est tout ce que nous pouvons savoir.

- Fort bien. Alors vous pensez donc que Dieu est pour la nomination de Monsieur De Roop en tant que premier ministre ?

- Oh oui mon excellence. Si vous l'avez nommé c'est donc que Dieu vous l'a demandé même s'il est impossible de savoir clairement ce qu'il vous a demandé.

- Oh merci mon père ! Cela me rassure. Vous savez que je suis un bon chrétien. Je n'ai jamais manqué un office et prend chacune des décisions que ma vie m'impose de prendre en priant longuement. En ce sens, la prière m'a soufflé une grande idée, cette nuit. Les syndicats, toutes ces choses, ne sont que des vulgarisation païennes de ce que notre seigneur demandent de l'église, en terme de miséricorde, de pitié, n'est-ce pas ?

- Votre Excellence, veuillez préciser...

- Bien... Voyez-vous interdire les syndicats et autres paganismes sociaux est bien l'oeuvre et la volonté divine, n'est-ce pas ?

- Oh oui sans aucun doute Votre Excellence.

- Bien... Mais alors cela risque d'entrainer des révolutions s'il n'y a personne pour aider le pauvre... Et notre seigneur nous a bien commandé d'aider notre prochain, n'est-ce pas ?

- oui en effet... mais veuillez préciser votre pensée mon... Votre excellence.

- Bien... Alors par conséquent, si l'on suit les évangiles, si les syndicats font des choses de manière païennes que les églises devraient assumer de façon sacrée, il faut donc que l'église s'occupe d'aider les pauvres, de façon sacrée, en lieu et place de ces païens syndicalistes qui ont dévoyé les notions de miséricorde sous l'influence de Satan... Il faut donc que l'église reprenne ses droits.

- Bien c'est que...

- Je vais donc, par la volonté de Dieu, moi qui suis son bras articulé ici bas, vous charger d'une sainte mission, mon père. Je vais vous charger d'organiser l'aide aux pauvres. L'église devra donc désormais abriter les déshérités car voyez-vous, si Dieu a créé une aussi belle cathédrale à Métropolis, ce n'est pas pour qu'elle demeure vide alors que dehors des pauvres meurent de froid, n'est-ce pas ? Et les potagers de l'épiscopat pourront servir à les nourrir, n'est-ce pas ? Par conséquent, mon père, votre mission désormais sera d'être le bras miséricordieux de Dieu...

Le prêtre s'inclina, fit une révérence et sortit de ce lieu, l'air contrarié. Qu'avait-il fait pour être puni de la sorte ? Avait-il pêché par orgueil en rêvant d'être celui qui introniserait un prince ? Il maugréa sur le chemin qui le ramenait à son église. Lui qui avait vécu si paisiblement jusque là, se dévouant à son potager, à sa bonne et à ses bigotes, dans la prière contemplative, il allait devoir se salir, salir son âme et son église en l'ouvrant à tous les vauriens ?! Mais en quoi méritait-il une telle punitions ?! Le père gaudriole s'indignait intérieurement.

Il fallait qu'il écrive au pape... Oui c'est cela... Il fallait qu'il écrive au pape pour savoir si l'attitude de ce maudit monarque était bien catholique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bureau du Président ou du Prince Imperator.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bureau du Président ou du Prince Imperator.
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Paul Magloire un président qui avait de l'envergure, un leader de fort calibre
» Lettre de protestation d'un haitien au président Lula du Bresil
» Lettre ouverte au président Nicolas Sarkozy
» Qui a tiré sur la voiture du président Préval ?
» Lettre ouverte au président René Preval du colonel Himler Rebu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1837 :: L'Hôtel de Ville [RP] :: Le bureau du Prince Imperator [RP]-
Sauter vers: